Roger-Edgar Gillet

1924 - 2004

présentation

Les amis de Gillet


Dans le Paris des années 1950, autour de critiques, du comité "du salon de mai" de la Galerie de France et de la galerie Ariel, Gillet s'est constitué un groupe d'amis peintres ou sculpteurs qui vivent tous à Paris. En 1964 Gillet part à Saint-Malo puis à Sens en 1970. Dans les années 60 Messagier s' installe à Colombier Fontaine, Rebeyrolle à Courteron, Bitran se partage entre Paris et Rigny le Ferron , Maryan part à New York … Alechinsky, Marfaing et Mihailovitch restent les plus "Parisiens" . Désormais les rencontres se font à l'occasion de fêtes chez les uns ou les autres ou lors de vernissages. Le voyage à Cuba du salon de mai en 1967 avec la peinture d'une fresque murale fût, pour ceux qui y participèrent, un très grand souvenir. Quand ils se retrouvent Ils ne débattent pas de théorie, ne tranchent pas entre abstraction et figuration, c'est l'humour qui les rassemble et une même vision de leur " métier" de peintre ou de sculpteur qui les passionne.


Les portraits de Gillet dans "la revue xx°siècle" :


Dans le N° 12 (mai-juin 1959) de la revue du XX siècle , "Psychologie de la technique", Jean Grenier présente Gillet sous le titre "Gillet trait pour trait" et demande à ses amis Camille Bryen , Guillaume Corneille , Pierre Alechinsky d'écrire quelques lignes. Pinchas Maryan, Jean Messagier et André Marfaing s'expriment par un dessin qu'ils réalisent ensemble.


photo 1959_revue_du_XX_¡si_46C9DD_200ko photo GILLET_TRAIT_DEFINITIF_200ko
Page de la revue XX ° siècle,
ci dessous le texte de Pierre Alechinsky et en pdf ceux de
Camille Byen, de Guillaume Corneille et de Jean Grenier
.


Peintre qui mit à l’honneur le pain de Dieppe, sorte de miche grossièrement imitée par les Flamands. Sa collection de croûtons fut célèbre en son temps. D’un voyage en Hainaut il rapporta un mémoire sur la décomposition de la lumière à travers un prisme de pain bis. Tout laisse supposer que vers 1830 un faux belge lui proposa une place de grand boulanger à l’Académie de Montbéliart, -berceau de la Pensée Bûl, cette « couque de l’esprit ». Aura-t-il décliné l’offre parce qu’il préférait à la sécurité la poursuite solitaire et parisienne de ses peintures d’épice et de munition ? Ses voisins de quartier, rue de Bruxelles, lui élevèrent une fort belle statue en mie laquée qui fait aujourd’hui encore l’admiration des peuples. Selon P. Bury, il est également l’auteur d’une phrase qu’on attribua longtemps à Bernardin de Saint-Pierre : « Nous venions de temps en temps, dans la belle saison, ma femme et moi, manger le soir une côtelette. » Figure emblématique : sur cette terre d’ombre, « Ne va pas sans mie, qui s’en peindre. » Caresser le gillet : se dit de la lecture d’une œuvre peinte à l’usage des aveugles, qui a trait à la compréhension d’une texture picturale. Avoir du gillet : posséder une belle pâte, exemple : cette peinture a du gillet ; populaire : ce pain a du gillet, est réussi.

Texte de Pierre Alechinksy repris dans le catalogue de l’exposition de R.E. Gillet à la galerie de France en 1961.

Lire la suite en pdf
le texte de Camille Byen, de Guillaume Corneille et de Jean Grenier.



Gillet - Doucet une complicité :


Gillet et Doucet se sont connus dans les années 50 à Saint Germain-des-prés, puis ils ont exposé tous les deux à la galerie Ariel mais c’est surtout pendant les vacances d’été à Saint Malo à la fin des années 60 qu’ils se sont beaucoup côtoyés et livrés à quelques expériences (comme le tableau à quatre mains) où les « Pétrifications » qu’évoquent André Doucet dans le texte ci dessous.

GILLET - DOUCET                           DOUCET - GILLET

Deux fleurons de la galerie Ariel,

Bien que de caractère différent, ils s’entendaient à merveille. L’humour de l’un nourrissait l’humour de l’autre. Ils se voyaient le plus souvent en Bretagne où Gillet possédait une maison à Saint Ideuc près de Saint–Malo, tandis que Doucet, moi même et nos enfants passions le mois de juillet dans une bourgade toute proche. Gillet et Doucet écumaient ensemble les « brocs » de la région. Le premier recherchait meubles, objets …tandis que le second achetait des petits cadres anciens pour y composer ses collages de la période « Jacques Doucet le collagiste ». Un jour Gillet s’était amusé à enfermer des petits objets dans de l’ambrex, ce qui donna à Doucet l’idée de réaliser ses « Pétrifications », composant ses papiers collés et objets de rebus dans cette matière résineuse. Le grand amusement de Gillet était de nous balader dans la campagne pour nous montrer de belles maisons anciennes qu’il aimerait acheter. Seulement nous ne pouvions les voir que de loin, ces maisons n’étant pas à vendre, sauf dans les rêves de Gillet.

Andrée Doucet juillet 2015



photo FG2208_DOUCET_GILLET_200ko photo FG3074_Ambrex_1967_1968_200ko
Gillet Doucet. 58x49-1967/1968 - huile sur un portrait acheté chez un brocanteur R.E.Gillet. Corps dans l’ambrex : 12x13x19-1967


André Marfaing une amitié interrompue trop tôt :


Une amitié, une complicité les ont liés des années 50 jusqu'à la mort de Marfaing en 1987. Ils exposaient tous les deux à la galerie Ariel mais la forte connivence entre Chantal Marfaing et Thérèse Gillet avait créé un vrai lien entre les deux familles : Des femmes indépendantes qui avaient le même gout de la fête et des enfants du même âge … Au premier regard leur peinture peut sembler s’opposer et pourtant mis côte à côte les tableaux résonnent avec beaucoup de force probablement les mêmes interrogations, les mêmes convictions exprimées très différemment sur la toile mais avec le même humour dans la vie.


photo Gillet_marfaing_2_200ko photo Gillet_marfaing_1_200ko
André Marfaing et Gillet dans le jardin de sa maison à Saint Ideuc près de Saint Malo autour de 1959 Dans le cadre de l’exposition « Noir blanc éventuellement rouge » à la galerie Guigon en avril 2015


Paul Rebeyrolle Gillet :
De Paris à Cuba mais aussi Sens et Courteron


Ils ont exposés ensemble à la documenta II de Cassel en 1959 puis en 1964 à la galerie Ariel ou Jean Pollak les a présentés dans l’exposition «15 peintres de ma génération». Mais c’est chaque année au comité du « salon de mai » à partir de 62 qu’ils ont partagé des moments forts dont le voyage des artistes de ce salon à Cuba en 1967 avec la réalisation d’une grande fresque murale. Papou et Paul sont venus chez les Gillet en Bretagne mais plus souvent dans les années 70 à Sens qui était proche de Courteron dans l’Aube ou vivaient Paul et Papou avant de d’installer à Boudreville en Côte d’or. L’humain est leur sujet et depuis leur disparition c’est dans des expositions qu’ils se retrouvent : Robert Rocca les a réunis pour « Humanités », exposition inaugurale de l’Abbaye d’Auberive en 2006, la galerie Polad Hardouin en 2008 pour « la nouvelle figuration acte III », ou « 4 maîtres de la peinture expressionnistes du xx°: Gillet, Rebeyrolle, Music, Rustin » au Lazaret Ollandini à Ajaccio en 201 1

Pour en savoir plus :

http://www.polad-hardouin.com/exposition/nouvelle-figuration-acte-iii

http://cubacoop.org/IMG/pdf/Gheerbrant.pdf

http://www.espace-rebeyrolle.com




photo Gillet_Rebeyrolle_650px
Gillet, Music, Rebeyrolle, Rustin. Lazaret Ollandini.2011


Maryan, ami de Gillet a exposé en 2013 à l'abbaye d'Auberive, et au musée d'art et d'histoire du Judaisme


Gillet et Maryan se sont connus à la Galerie de France à la fin des années 50 ils sont devenus très proches et y ont exposés ensemble en 1958 (Gillet‑Levée‑Maryan). Après le départ aux Etats unis de Maryan ils ne se sont revus qu'épisodiquement sauf cet été de 1976 ou Maryan a séjourné quelques semaines dans la maison de Thérèse et R.E. Gillet à Maillot prés de Sens dans l'Yonne. Maryan y a préparé le catalogue de son exposition à la galerie Ariel de Jean Pollack et Jan Nieuwenhuizen Segaar (galerie Nova Spectra de La Haye) est venu choisir quelques œuvres. (Photo ci dessous)


photo Maryan_Segaar_Sens_007_650px
Maryan et Jan Nieuwenhuizen Segaar Chez T.et R.E. Gillet à Sens 1976.


En 1988 Thérèse Gillet évoque, à la demande de Fanny Guillon‑Lafaille, le souvenir de cet été de 1976. Ce texte a été repris dans le catalogue,
"Maryan Ricol ; la loi du cadre" Lors de l'exposition de l'abbaye d'Auberive de l'été 2013.

Texte de Thérèse Gillet à propos de Maryan en pdf



Lettres et dédicaces




photo LETTRE_BITRAN_Gillet_650px
Lettre de Bitran en 1981 à Gillet paru
dans le catalogue de l’exposition de Gillet en 1981 à la Galerie Nova Spectra.


Mon très cher Gillet,
Il m’est difficile de dire à quel point j’ai été heureux de vous voir Thérèse et toi dans l’atelier. Ce ne sont pas des retrouvailles car nous n’avons plus le temps (ni l’envie) de nous perdre. Te connaissant avec affection il m’a semblé te sentir inquiet. Il faut pourtant continuer à fond ta belle peinture et ne pas t’angoisser hors saison. J’ai vu l’autre jour des reproductions de Derain. On lui a souvent reproché son approche classique d’après le fauvisme et la période Cézannienne. Ces œuvres m’ont paru superbes et son mérite est d’avoir posé la question. Je t’engage à continuer dans ta manière à dire ce que nous sommes et à « peindre » ce qui nous entoure. C’est là ton affaire. C’est suffisant et magnifique.

Fraternellement,

Bitran.




photo SAURA_LETTRE_1994_3_650px
Gillet a exposé à Bilbao en 1982 et Grenade en 1983 avec Saura, il n’a pas pu venir à l’anniversaire de Gillet et Pollak en 1994 et a envoyé ce courrier.





photo dessin_ALECHINSKY_re_CFF1CE_650px
Comme Saura, Pierre Alechinsky n’ a pu venir mais il a envoyé ce dessin dédicacé
« Pour mon ami Gillet le plus jeune des septuagénaires connu à ce jour :
25 juin 1994 jour de fête ».

Crédit photos :
Denise Colomb, John Craven, Pierre Espagne, Isabelle Estier Gillet, Daniel Franck, Guigon, Chantal Marfaing, Pierre Pitrou, Henk Vandervet
photo B_1960_gillet_adami_glaerie_blue_milan

Gillet et Adami à la Galerie Blue à Milan. 1960

photo C_1961_Denise_Colomb_1l01477

Gillet dans son atelier Avenue de Wagram photographié pour le catalogue de l'exposition Galerie de France .
photo : Denise Colomb, 1960.
Donation à la Médiathèque de l'architecture et du patrimoine
Diffusion RMN N° tirage 9136T02935

photo D_1973_les_nains_marfaig_et_Busse

Marfaing, Gillet et Busse devant
les épousailles des nains (le nain) à Sens. 1973

photo E_1974_GILLET_POLLAK_PHOTOS

Gillet et Pollak à Sens. 1974

photo F_1974_GILLET_POLLAK_DESSINS

Dessin de Gillet pour l'invitation de l' anniversaire commun avec Pollak. 1974

photo limstrom_messagier

Lindström et Messagier au 50 ans de Gillet et Pollak à Sens 1974

photo Lindstrom_Alechinsky_FCAEC7

Lindström et juste derrière lui Marfaing et Alechinsky au 50 ans de Gillet et Pollak à sens 1974

photo G_1974_marflimdebre

Tableau réalisé par Debré, Marfaing et Limdstrôm pour l'anniversaire
de Gillet en 1974. Jean Pollak en reçu un également.

photo H_1977_PREPARTAION_FETES

Au centre Thérèse qui prépare un repas aidée d'amis (Jean Agius à gauche, André Marfaing et Annie Pollak à droite )dans la cour a Sens. 1977

photo I_jan_segarjpg

Jan Segaar (galerie Nova Spectra) et Gillet
dans le salon à Sens. 1980

photo J_alechinsky1984_10

Gillet, Pierre Alechinsky et Jack Lang à la Fiac. 1984

photo L_1990_nallardgalerie_Lacouriere_jpg

Gillet et Nallard à la Galerie Lacourière. 1990

photo N_1993gerault

Jean Pierre Gérault l'ami de Gillet qui le poussa a créer le "fonds Gillet".
A droite Olivier Debré sur le Stand de la Galerie Ariel à la Fiac. 1993

photo R__1994_fetes_3

7O ans de Jean Pollak et Gillet à Saint-Suliac :
la famille , les amis. 1994

photo S_1994_gillet_et_jp_et

Jean Pollak, Stephane Janssen et Gillet
lors de la fête des 70 ans à Saint Suliac. 1994

photo U_REINHOUD

Fiac Galerie Ariel , exposition "Bateaux ivres "
le sculpteur Reinhoud viste l'exposition. 1994

photo v_fromanger_1994

Fiac Galerie Ariel , exposition "Bateaux ivres " Au centre Fromanger qui a été élève de Gillet à la grande Chaumière. 1994

photo w_dodeinge_1995

Gillet avec Dodeigne dans son atelier à Bondues : Gillet et Dodeigne ont exposé ensemble à Galiera en 1971 , ils ne voyaient pas souvent mais s'estimaient beaucoup. 1998

zone cliquable